Nazca, Huacachina & Paracas : 1er week-end out of Lima

Je suis partie en taxi jusqu’à la station de bus qui se situe dans le centre de Lima vers 10h du soir le mercredi soir avant seulement un petit sac en bandoulière. Ca change un peu de voyager sans grand sac à dos…forcément, mon bus a du retard ! On ne peut pas y échapper au Pérou. Même les gens ne peuvent pas être à l’heure…ils te disent une heure et arrivent une demi-heure voire une heure plus tard…on s’y habitue au fur et à mesure. Donc, je prends mon bus direction Nazca et suis prête pour un trajet qui va durer toute la nuit. Quel bonheur de passer la nuit dans un bus qui s’arrête tout le temps pour prendre des passagers et forcément, à chaque fois qu’il s’arrête, il rallume les lumières ! Finalement, j’arrive à Nazca vers 5h30 du matin. Plein de personnes attendent au terminus pour nous sauter dessus essayant de nous vendre leur hôtel ou leur meilleur tour…je suis sauvée par quelqu’un qui connaît mon prénom ! Un couple d’amis m’attendaient à Nazca et avaient dit au mec de l´hôtel de venir me chercher. Comme il est un peu tôt, j’ose pas trop les réveiller une fois arrivée à l´hôtel. J’attends patiemment en regardant le lever du soleil avec le chant ou plutôt le piaillement de toute la volaille autour de l’hôtel…je suis pourtant dans une ville mais apparemment ici tout le monde élève du poulet (c’est pas pour rien non plus qu’on retrouve du poulet dans plein de plats péruviens !!). James et Karina, le couple d’amis canado-péruvien me retrouve enfin et on part pour l’aéroport pour survoler dans un mini avion les lignes de Nazca.   Les lignes de Nazca sont des dessins géants dont personne ne connaît exactement l’origine et toutes les hypothèses sont donc permises (inca ? extra-terrestre ?). Le ciel est vraiment dégagé et il n’y a pas de vent. C’est le temps idéal pour voir ces fameuses lignes et ne pas être malade dans le petit coucou. Le vol est fantastique mais je suis un peu déçue deces fameuses lignes qui  n’apparaissent pas aussi clairement que sur les cartes postales…faut s’accrocher pour les voir toutes ! Une des lignes paraît plus que bizarre représentant un astronaute ! Les Incas avaient vraiment de l’avance sur leur temps J !!! Après notre vol, petit déj. On avait pas osé le prendre avant…et puis après une bonne douche, on repart en taxi vers cette fois-ci le Cimentierro de Chauchilla : un cimetière Nazca dont les tombes ont été plus ou moins pillées pour récupérer toutes les richesses et céramiques mais il reste encore dans de grands trous les momies…le plus étonnant, ce sont les cheveux qui malgré le temps ne se décomposent pas et certaines momies avaient de putain de longues dread locks ! Après notre virée dans le désert pour voir les momies, on retourne vers Nazca avec notre taxi qui nous a attendu et on crève…un peu au milieu de nulle part ! En trouvant une autre personne, on réussit finalement à changer le pneu (les crics au Pérou ne sont pas des plus faciles à utiliser). On finit notre tour à Nazca par une visite d’entreprise où ils extraient de l’or des pierres et ensuite un atelier de reproduction des céramiques Nazca avec les mêmes outils qu’à l’époque. Déjeuner à Nazca pour seulement S/3 (environ 0.7 euros !! Les prix ne sont généralement pas si bas mais on peut trouver !). Pour ce prix, on a eu une soupe, des chicharrones de calamar avec du riz et de la limonade ! En fin d’aprèm, je quitte mes amis direction Ica qui se trouve à 2 heures de Nazca en remontant vers le nord. Discussion dans le bus avec les gens. Arrivée à Ica, je prends un moto-taxi pour me rendre à Huacachina…un petit paradis à quelques minutes d’Ica. C’est une oasis au milieu des dunes de sable. Ce que je ne savais pas et qui gâche un peu la magie de l’endroit est que cette oasis est maintenant artificielle. Elle s’est asséchée il y a quelques années et pour retrouver tous les touristes, ils remplissent le lagon tous les jours…à peine mis un pied sur la place qu’un péruvien me saute dessus pour que je vienne dans son hôtel en me louant tous ses mérites mais des amis m’ont recommandé un autre alors j’essaie de me débarrasser de lui autant que je peux…il m’invite alors dans son resto pour dîner gratis et je lui dit que je passerais peut-être ! Je file alors vers l’autre hôtel. L’endroit est bien sympa. Une piscine au milieu, des chaises longues, des hamacs et un petit bar près de la piscine…une sorte de mini Club Med pour les pauvres comme dirait un ami rencontré là-bas…tout n’est pas en super état, c’est pour ça ! Je fais très rapidement connaissance avec mes compagnons de chambrée et on commence l’apéro. Du coup, j’en oublie mon rendez vous à dîner…la suite de la soirée est faite de plein de rencontres avec des gens du monde entier, je parle un mélange de français, d’anglais et d’espagnol ! Au petit matin avec un colombien, un chilien, un péruvien et 2 québécois, on grimpe sur les dunes au point le plus haut pour voir le lever de soleil (pas facile facile avec 3g d’alcool dans le sang…) Puis je fais trempette dans la piscine avant d’aller prendre un petit déjeuner à Ica. Après cette soirée bien sympathique, dodo et debout quelques heures plus tard pour simplement une journée farniente pour lézarder devant la piscine ou dans les hamacs. En fin d’aprèm, une petite excursion quand même dans les dunes en buggy des sables, sorte de 4×4 fait pour les dunes et on peut ainsi rouler super vite sur le sable comme dans un grand huit à la fête foraine ! On s’essaie aussi au sandboarding…je dis essayer car je n’avais pas d’autres chaussures que mes tongues donc pour moi, c’était pas vraiment possible. Par contre, tout le monde a eu le droit d’essayer de descendre les dunes sur le ventre ! Ca fait vraiment flipper et la planche prend beaucoup de vitesse. 1ère descente, je me brûle les pieds en essayant sûrement de freiner ma descente et en plus, j’ai eu droit de manger pas mal de sable…franchement, une fois m’a suffit c’était ensuite beaucoup plus drôle de regarder les gens surtout ceux qui s’essaient au surf et certains avaient une façon particulière de descendre la piste !! En résumer, faut pas croire que le surf, c’est plus simple sur du sable que sur de la neige…ensuite, coucher de soleil sur les dunes, derniers petits frissons en buggy et retour à l’hôtel ! Dîner avec Gigi un italien et puis dodo pas trop tard cette fois-ci. Le samedi, je remonte un peu plus vers le nord vers Paracas. Je prends la route avec 1 anglaise, 2 allemandes et Gigi.  On visite le musée de Ica avant de prendre le bus. On apprend plein de trucs intéressants sur la culture Nazca comme le fait qu’il mettait une sorte de bandeau sur leur tête dès la naissance, ce qui engendrait un crâne beaucoup plus allongé que le notre. Les squelettes prouvaient cette théorie et j’aimerais bien savoir si le fait de subir cela pouvait changer quelque chose dans leur comportement…

 

Bus jusqu’à Pisco. Taxi jusqu’à Paracas. On marchande le prix de nos chambres d’hôtel. C’est presque agaçant à la fin de devoir tout le temps marchander. Ils voient des touristes alors forcément, ils ne peuvent pas s’empêcher de faire grimper les prix ! Tout est marchandage ici : hôtel, taxi, resto, babioles à acheter…Finalement, on arrive à avoir notre chambre pour $3.5 par personne ! On déjeune au resto et ensuite, on va en taxi à la réserve Nationale de Paracas (une autre péripétie nous arrive en taxi à cause du prix mais si je les racontais toutes, je n’aurais pas fini…). Pour finir, on continue en bus. L’endroit est superbe avec la mer, le désert, les pélicans. On fait une petite balade puis on rentre à l´hôtel. Un couple nous a parlé d’un festival de música negra appelé El verano negro, qui a lieu le soir dans une ville appelée Chincha. Avec Anu l’anglaise, on décide d’aller y faire un tour, même si c’est à plus d’une heure d’où on est…c’est une vraie mission pour y aller (et encore plus pour revenir…sachant qu’il n’y a plus de bus à une certaine heure !) On n’a vu qu’un seul groupe sur la scène car les gens ne commençaient à arriver qu’à partir de 2h du mat ! On a vu cependant une coutume du coin : ils dansent autour d’un arbre et chaque couple danse au milieu de la ronde chacun son tour. Avant de donner le tour à quelqu’un d’autre, ils donnent un coup de hache dans l’arbre. La danse se termine quand l’arbre est abattu. Là, ce n’était pas le cas mais normalement, aux branches des arbres sont accrochés plein de cadeaux et de bonbons pour que les enfants puissent les prendre une fois l’arbre tombé. C’est sympa à regarder mais ils chantaient toujours la même chanson…imaginez le temps que ça prend d’abattre un arbre…crevées, on est finalement rentrées peu après que l’arbre soit à terre !

 

Le lendemain matin après une petite nuit, il faut se lever pour l’excursion en mer jusqu’aux Islas Ballestas, une réserve marine naturelle avec des tonnes d’oiseaux et des phoques. Il y a tellement d’oiseaux qu’il y a une industrie du guano. Parmi les oiseaux, on a pu voir des pingouins, des pélicans, des albatros…c’était superbe. La suite de la journée a été calme : farniente au soleil, un petit tour pour voir l’artisanat local et puis retour vers Lima en milieu d’aprèm en faisant gaffe d’avoir les vitres du bus fermées quand on passait dans les villes car c’était le dernier jour du carnaval et ici, carnaval rime avec bataille d’eau…les gens dans la rue adore jeter de l’eau aux gens dans les bus, dans les taxis ou tout simplement les gens qui marchent dans la rue (ça m’est arrivé 3 fois à Lima !!)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s