Semana Santa en Ayacucho

Ayacucho est une petite ville dans les montagnes péruviennes perchée à 2800m d’altitude. Pourquoi choisir Ayacucho pour passer la semaine sainte ? Parce-que tout le monde dit que c’est le meilleur endroit au Pérou pour passer cette semaine avec des processions, des fêtes et plein d’autres choses. Ayacucho compte plus d’une trentaine d’églises dans la petite bourgade (autant dire qu’il est plutôt difficile de toutes les visiter…ou alors il faut du courage !). Contrairement à la France où on a seulement le lundi de Pâques férié, au Pérou, il y a le jeudi et le vendredi saint de férié. Je suis donc partie en bus le mercredi soir. Enfin, j’ai eu de la chance de prendre mon bus. Des travailleurs du coton étaient en grève le jour précédent, ils ont bloqué la plupart des voies pour accéder au sud du pays. Du coup, aucun bus n’avait pu sortir ce soir là. Les personnes qui avaient pris leurs billets pour le mardi soir étaient donc là le mercredi soir pour prendre leur bus. Le bordel entre ceux du mardi qui n’ont pas eu leur bus et ceux du mercredi (comme moi) qui n’ont pas raté leur bus mais qui ont envie de le prendre et pas d’attendre le lendemain…surtout vu le prix que j’ai du payer (les prix augmentent durant la semaine sainte). Heureusement que j’étais accompagnée de Toño qui s’est débattu pour que je puisse obtenir une place dans un des bus. Finalement, je ne suis partie qu’avec une heure de retard…pas si mal que ça ! Trajet de nuit jusqu’à Ayacucho. J’ai hâte d’arriver. Je déteste les nuits dans les bus. En plus, ils passent toujours des films pourris. Bref, j’arrive dans la ville aux environs de 8h et là, ma mission est de trouver un hôtel. Car j’ai voulu faire ma maligne et ne pas réserver d’hôtel mais tout est blindé et peu de chambres restent libres. Mais je sais qu’il y a toujours des gens qui ont des chambres dans leur maison qu’ils louent aux touristes pendant ce genre d’évènements. Un señorita me propose donc une chambre dans sa maison et je dis oui. C’est un peu loin du centre mais c’est toujours mieux que rien. Et le trajet en moto-taxi est rapide et seulement de S/1. Je pose donc mes affaires dans ma chambre et direction le centre de Ayacucho pour visiter un peu. Je marche et fais le tour de quelques églises. Des gamins me suivent…ils veulent de l’argent. J’ai appris qu’il faut être très prudent avec les enfants car pendant qu’un te parle, l’autre met la main dans tes poches ou dans ton sac, sans que tu t’en rendes compte, et te prennent ce qu’ils leur tombent sous la main. Donc attention à son sac !! Je réussis tant bien que mal à me débarrasser d’eux en m’assoyant devant une église. 2 autres niñas m’abordent et n’arrêtent pas de me toucher la peau et les cheveux qui leur paraissent tellement différents. Elles n’ont rien à vendre mais ont des balances pour connaître son poids ! Pour leur faire plaisir, je me suis donc pesée dans la rue devant une église !! Ensuite, j’ai continué mon petit tour. J’ai mangé dans une rue où de nombreuses tables étaient installées pour manger dehors. Le choix était difficile mais je me suis finalement posée à une des tables pour manger du poulet et du riz en discutant avec les cuisinières. Ensuite, je suis rentrée à l´hôtel pour me reposer et reprendre des forces. Le soir, j’ai assisté à un spectacle de danses folkloriques péruviennes. S/1 l’entrée, je ne vais pas me priver. 2h30 de spectacle haut en couleurs. C’était génial. Les danses péruviennes sont très rythmées et il y a toujours une histoire derrière chaque danse. En sortant du spectacle, je vois des jongleurs des rues sur la Plaza de Armas, alors je m’approche. J’ai envie de jouer avec les pois…des pois sont des instruments de jonglage, un dans chaque main et ce sont des fils ou des chaînes (si on joue avec du feu) au bout desquels il y a une balle. Bref, je commence à discuter avec eux et j’ai le droit de m’amuser un peu avec les pois. J’ai une petite expérience puisque j’en avais acheter en Australie et m’étais un petit peu entraînée !! On peut dire que j’ai appris quelques mouvements supplémentaires à Ayacucho. Je regarde donc leur spectacle de jonglage et ensuite, on va prendre quelques bières dans un bar de la ville. Et puis, il se fait tard et donc il est temps de rentrer faire dodo. Le vendredi, j’ai réservé un tour pour visiter un peu la région autour d’Ayacucho. Le bus est blindé de péruviens. C’est terrible les tours avec les péruviens. D’abord, ils s’énervent pour un rien, sont très impatients…10 minutes de retard de bus au moment de partir et c’est une catastrophe. Le paradoxe, c’est qu’ils sont toujours en retard. Quand le guide nous dit RDV à telle heure, forcément, on passe une demi heure de plus à attendre les retardataires…c’est là que je me rend compte que je n’aime vraiment pas les tours et qu’on me dise où je dois aller et quand et surtout, dépendre des autres personnes du tour !! Sinon, on a visité Quinua où se dresse un monument en hommage aux combattants contre les espagnols. Tout autour, il y avait plein d’animations : on pouvait monter à cheval ou à dos de lama, faire des emplettes sur le marché improvisé, ou encore manger ! Je dois dire que j’ai l’impression d’avoir mangé comme jamais pendant ces 4 jours. Dans les rues, il y a de la bouffe partout et pour pas cher alors forcément, ça donne envie ! Nous avons ensuite faire un tour dans la petite ville de Quinua pour voir un peu les céramiques typiques de la région. Puis, on repart sur la route pour aller à Wari et voir mes premières ruinesJ péruviennes. La culture Wari est plus ancienne que celle des Incas pour info. On finit la journée à Huanta où on déjeune…il est déjà 16h ! Truite frite, spécialité de la région. A Huanta, on fait un petit tour de la ville, d’un magasin où ils vendent du miel (ce miel doit être réputé apparemment !) et finalement retour à Ayacucho. Il est près de 8h. J’ai hâte d’arriver car je veux rentrer à l’hôtel avant de voir les processions du vendredi saint. J’arrive juste à temps. En une journée, des personnes ont eu le temps de créer d’immenses dessins religieux sur le sol avec de la terre et des fleurs. Toute une journée de travail qui va s’évaporer en fumée avec la procession. La procession commence. C’est très impressionnant car il y a beaucoup de monde mais pas un bruit. La plupart des gens sont habillés de noir et portent des bougies. Un orchestre joue de la musique et une statue de Jésus est transportée dans une sorte de cercueil en verre. Tout le monde pleure sa mort en ce jour de Vendredi saint. Une statue de Marie pleurant son fils fait aussi partie du cortège et puis après 1h de procession, tout le monde se disperse. Ayant discuté avec un mec pendant la procession, je vais prendre une bière avec lui et la soirée continue avec d’autres rencontres. Dodo très tôt le matin. Le samedi, je comate dans mon lit jusqu’à presque midi…j’arrive dans le centre et j’ai l’impression de me retrouver en Espagne ou dans le sud de la France (bien que je n’y ai jamais été) pendant les férias. Tout le monde est habillé de rouge et blanc. Des taureaux passent de temps en temps sur la place avec des cavaliers qui galopent derrière. Les espagnols n’ont pas colonisé le pays pour rien, ils restent quelques traditions ! Les gens boivent et dansent dans les rues. Comme je me suis levée tard, je réussis à trouver un des derniers tee-shirts de la feria avec l’aide de 2 mecs. Très aimables les gens ici ! Je vais ensuite au marché pour passer le temps et j’ai bien fait : alors que le soleil était éclatant il y a quelques minutes, une pluie torrentielle se met à tomber. J’avais l’impression que le toit en tôle du marché allait s’effondrer sur nous. Je patiente en prenant un jus de mangue tout frais pressé et discute avec les locaux ainsi qu’avec un québécois. L’orage passé, avec mon nouvel ami québécois, on retourne sur la plaza de armas pour voir ce qui se passe. Les gens dansent et boivent et surtout boivent…la bière coule à flot ! Après quelques danses, je retrouve mes amis jongleurs et les suis dans un discothèque où ils font un show. Après ça, un autre bar, je danse la salsa et je rate les feux d’artifice à 5h du matin célébrant la résurrection du Christ ! Dommage ! La soirée continue jusqu’au petit matin sur la Plaza avec guitare et djumbé. Quand la police nous dit de partir (oups !), tout le monde se disperse et moi, je vais faire quelques emplettes pour ramener des souvenirs. A midi, je sens la fatigue venir et rentre à l’hôtel pour dormir jusqu’à 16h !! Rien de bien spécial par la suite. Je continue à arpenter les rues avant de reprendre mon bus pour Lima. Les gens me saluent dans la rue…j’ai parlé à tellement de monde la veille mais impossible de me rappeler de tous les visages (non, je n’étais pas si bourrée que ça ! C’est seulement que même en discutant 2 minutes avec certains, le lendemain, ils se rappelaient encore mon prénom !). C’est marrant, la ville est petite et 4 jours suffisent pour connaître les gens ! Le mot de la fin : comme vous pouvez le voir, la Semaine Sainte au Pérou n’est pas si sainte que ça !! Les péruviens aiment faire la fête ! Retour à Lima le lundi matin à 6h30…autant dire que j’étais pas très fraîche et j’aurais préféré dormir toute la journée plutôt que d’aller au boulot !!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s